Entreprenez !

Ecrit par Florence Delétang. Publié dans Engagement

Tagged: ,

A l’indignation préférez l’action

Publié le avril 24, 2012 avec 1 Commentaire

Ce titre de Philippe Hayat sonne comme un cri, adressé aux jeunes, et fait écho à un autre cri, celui qui s’est vendu à plus de 4 millions d’exemplaires, véritable best-seller chez les jeunes, le désormais célèbre « Indignez vous !» de Stéphane Hessel.

« A l’indignation préférez l’action ». Reprenant le modèle qui a fait recette du petit fascicule court et facile à lire, sur le fond, Philippe Hayat prend le contrepied de Stéphane Hessel.

Pour lui l’indignation est une posture vaine et destructrice, d’autant plus séduisante qu’elle est collective, mais in fine porteuse d’aigreur et de frustration pour qui y resterait enfermé. Entrepreneur engagé, fondateur de l’association « 100 000 entrepreneurs » qui  vise à transmettre aux jeunes l’envie d’entreprendre, Philippe Hayat s’attache à mettre en évidence que ce sont avant tout la responsabilité, l’engagement, l’action porteuse de sens qui conduisent à l’épanouissement individuel auquel les jeunes aspirent. « Entreprendre c’est agir pour se sentir vivant ». Pour lui, il s’agit d’inciter les jeunes à prendre leur vie en mains, à réfléchir sur leurs envies, à s’imaginer porteurs d’un projet, pour aborder le monde professionnel avec envie plutôt qu’appréhension. Cet état d’esprit entrepreneurial s’exprimera le moment venu à leur compte ou pour un employeur, dans une entreprise ou une association, dans une PME ou un groupe ; l’important est de semer la graine au collège, la cultiver au lycée et à l’encourager à l’heure des choix ; la soutenir dans l’enseignement supérieur par des incubateurs et des filières « entrepreneuriat », puis par des réseaux d’entrepreneurs qui serviront de mentors et de premiers financeurs. L’essentiel pour l’auteur c’est d’avoir envie  et d’oser se lancer. Chercher activement le concept pertinent, se positionner, s’armer de la « boite à outils » commerciale et financière, s’appuyer sur des réseaux d’accompagnement, et se lancer, prendre le risque d’échouer – ce qui en France est encore trop durablement pénalisant.

Que ce soient par l’évolution des modes de vie, l’augmentation du nombre de seniors, les services à domicile, les contraintes environnementales, les opportunités abondent. A l’Etat de soutenir avec plus d’empressement ces créateurs d’emplois de demain, en soutenant le financement d’amorçage, en assouplissant les règles d’embauche et d’accès au capital, et en rendant la fiscalité motivante. Plus encore de moyens supplémentaires ou de contraintes en moins, c’est d’un soutien moral qu’a besoin l’esprit d’entreprise en France. Valoriser l’entrepreneuriat c’est permettre aux nouvelles générations de faire entendre positivement leurs voix ; leur  donner les moyens de construire leur avenir.

Partagez :

A propos Florence Delétang

Dirigeante d’une société de conseil en gestion de carrières. Diplômée de l’ESSEC et ancien auditeur de l’IHEDN Paris, Florence Delétang a acquis auprès des dirigeants de grands groupes et de la Haute Fonction Publique, une expérience solide dans les problématiques de restructurations, de pilotage du changement et dans les affaires européennes. Vice-présidente pendant 5 ans du cercle Europe et Défense à Bruxelles, elle a animé des rencontres avec des dirigeants industriels et politiques de tout premier plan. Depuis quelques années, elle s’est focalisée sur le management des talents, en fondant la société Signifiance, qui accompagne les cadres dans leurs parcours professionnels.

Consultez les articles archivés de

1 Commentaire

Il y actuellement 1 Commentaire le Entreprenez !. Peut-être voulez-vous dire ajouter un des votres?

  1. merci, chère Florence, de cet article sur cet auteur dont je partage entièrement l’opinion: Stéphane Hessel est un grand monsieur, il a connu la guerre et a fait partie de la minorité active qui a su résister contre les nazis.
    D’un grand homme, j’aurais attendu qu’il nous stimule, qu’il nous incite à nous dépasser, à utiliser nos qualités reconnues à l’étranger: créativité et ingéniosité plutôt que de stimuler notre capacité – également reconnue à l’étranger! – de râler!!…
    Je suis persuadé que les générations qui arrivent, plus pragmatiques que leurs aînées, sauront utiliser les opportunités beaucoup plus nombreuses à l’étranger, notamment.

Laissez un commentaire